Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

patrimoine

de quoi s'agit-il?

19 Mai 2007 , Rédigé par hallenbike Publié dans #patrimoine

Première photo prise par (patrick!) en 1941. A quel edifice appartient ce que l'on voit et à quoi sert-il?

D'autres clichés suivront pour aider les moins perspicaces.

Lire la suite

patri(ck..)moine

12 Avril 2007 , Rédigé par hallenbike Publié dans #patrimoine

Nouvelle question (difficile) de patrick: comment appelle t-on le tympan de cet édifice?

Lire la suite

le prog

24 Mai 2006 , Rédigé par hallenbike Publié dans #patrimoine

Le prog officiel: ailly chez les flaneux jeudi. A l'heure où j'écris, le temps se maintient. Pourvu que ça dure.

Lire la suite

traversée de Tailly le 21mai

4 Mai 2006 , Rédigé par hallenbike Publié dans #patrimoine

 TAILLY L'ARBRE A MOUCHES sera traversé le 21 mai par la rando VTT du club HB. Ce village situé entre airaines et poix est le fief des leclercq de Hautecloque. L'occasion pour patrick, notre maitre d'oeuvre VTTiste, responsable de la section "patrimoine" de nous en dire un peu plus sur le personnage "Leclercq".

Le général Leclerc et sa famille

 
Leclerc, Philippe de Hauteclocque, dit (1902-1947), maréchal de France, l?un des premiers officiers à avoir rejoint le général de Gaulle en 1940, et qui libéra Paris le 24 août 1944.

Jeunesse et formation

Né à Belloy Saint-Léonard (Somme), issu d?une vieille famille aristocratique de tradition militaire, Philippe de Hauteclocque, sorti de l?École militaire de Saint-Cyr en 1924, de l?École d?application de la cavalerie de Saumur l?année suivante, servit au Maroc où il participa à des opérations de pacification. Instructeur à Saint-Cyr après son retour en France, capitaine en 1934, il réussit en 1938 le concours de l?École de guerre, dont il sortit major l?année suivante.

Mobilisé comme capitaine d?état-major au sein de la 4e division au début de la Seconde Guerre mondiale, il combattit sur le front belge. En mai 1940, alors que sa division était encerclée par les Allemands, il obtint de son général l?autorisation de rejoindre les lignes françaises. Capturé, il s?évada, retourna au combat dans un régiment de cuirassiers, fut blessé, et parvint encore à échapper aux troupes allemandes. Ayant pris connaissance de l?appel du général de Gaulle, incitant à continuer le combat malgré la conclusion de l?armistice, il quitta la France par l?Espagne et gagna Londres, où il se présenta au chef de la France libre, le 25 juillet 1940.



Le serment de Koufra

Nommé chef d?escadron, celui qui se fera désormais appeler Leclerc fut envoyé en Afrique, aux côtés de Claude Hettier de Boislambert et de René Pleven, avec la mission de gagner l?Afrique Équatoriale française à la cause de la France libre, mission qui fut accomplie dès la fin du mois d?août 1940. Gouverneur du Cameroun, puis commandant militaire du Tchad, Leclerc s?empara le 1er mars de l?oasis de Koufra, tenue par les troupes italiennes, dans le désert de Lybie, et fit devant ses hommes le serment «de ne déposer les armes que lorsque les couleurs nationales flotteront sur la cathédrale de Strasbourg». Général de brigade en août 1941, il lança ses forces sur le Fezzan et, le 26 janvier, put faire la jonction avec les forces de Montgomery, qu?il rejoignit à Tripoli.

Intégrant la «force L» à la VIIIe armée britannique, il participa à toutes les batailles menées dans le Sud tunisien, puis prit part aux combats en Tripolitaine. Général de division au mois de mai 1943, Leclerc fut chargé par le général de Gaulle de former au Maroc la 2e division blindée, composée notamment des tirailleurs sénégalais du Tchad et des chasseurs d?Afrique de Dakar. La 2e DB rejoignit la Grande-Bretagne en avril 1944 pour préparer le débarquement en Normandie.

Parvenu le 1er août 1944 sur le sol français à la tête de ses troupes, Leclerc mena sa division jusqu?à Paris, où elle entra triomphalement le 24 août. Le 25 août, il reçut avec Rol-Tanguy, colonel des FFI, la reddition du général von Choltitz, gouverneur militaire de la capitale. La 2e DB gagna ensuite la Lorraine, puis Strasbourg, qui fut libérée le 23 novembre 1944. Envoyée au repos à Châteauroux, puis requise pour participer à la réduction de la poche de Royan, la division fut, sur les instances express de son chef, renvoyée vers l?est, où elle atteignit Berchtesgaden, le 5 mai 1945.

  Chateau de Tailly.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

pont-remy

4 Juillet 2005 , Rédigé par patrick Publié dans #patrimoine

Pensez-vous assez à regarder votre patrimoine local? je l'espère..

Sinon, patrick est là pour vous le rappeler:

PONT REMY

 

LES REMY-PONTAINS.

CP : 80580  Canton d’Ailly le haut clocher.

Autrefois : Pons-remigiis au moyen age

Château –fort et bourg fortifiés.

En 1181, Eustache de Pont Rémy souscrit à la commune d’Abbeville.

En 1421, Philippe de Bourgogne s’empare de Pont Remy.

La commune a adopté les armes d’Anguerran, vicomte de Pont-Remy en 1724 armoirie d’argent au chef de gueules. Jusqu’en 1660, il eut une garnison de 150 hommes.

Appelée Pont de Rémy ou Pont-Dormi sous François 1er, ce n’est qu’au 18éme que Pont-Rémy prendra sa dénomination définitive.

Château du XVéme, reconstruit en 1839.

Eglise : Saint-pierre XIXéme beau porche néogothique, vitraux classés du XIVéme.

Ancienne carrière de pierre du XIV éme on est sûr, en revanche, qu’elle a servi pour l’église Saint-Gilles et la collégiale Saint Vulfran.

 

Lire la suite